Une passion commune

Le coeur Jaune et Vert - #4

À respectivement 70 et 72 ans, Françoise et Raymond sont deux passionnés du FC Nantes. Unis pour la vie, tous deux ont partagé de nombreux souvenirs en jaune et vert au travers des années. Rencontre.

Ils se sont dit "oui" pour la vie il y 32 ans mais partagent l'un envers l'autre, des sentiments depuis presque un demi siècle. Cette relation, très forte entre Françoise et Raymond a un fil rouge. Ou plutôt devrait-on écrire, un fil jaune et vert. "Raymond a assisté à son premier match du FC Nantes à ses 6 ans", raconte Françoise, retraitée d'une entreprise de restauration collective. "De mon côté, c'est venu un peu plus tard vers l'âge de 27 ans", explique-t-elle.

Fidèle membre de l'association de supporters "Allez Nantes Canaris", celle qui est aujourd'hui en charge des adhésions après avoir longtemps occupé le rôle de secrétaire, ne vient plus que seule au stade et ce, depuis dix ans maintenant. "Raymond est dans l'incapacité de venir à La Beaujoire suite à un grave souci de santé. Ce dernier l'empêche de parler et il ne peut s'exprimer qu'à l'écrit", rappelle, non sans une certaine émotion, la native de Nort-sur-Erdre.

Car il faut dire que "son" Raymond y est pour beaucoup dans leur passion devenue commune. "Pas du tout intéressée par le football" quand elle était plus jeune, Françoise n'a pas vraiment eu le choix que de s'y mettre lorsqu'elle a fait la rencontre de celui qui allait devenir son mari, treize ans après ce jour où il a mis les pieds dans le café où elle travaillait alors. "Il ne vivait que pour le FC Nantes. Si je voulais passer un peu de temps avec lui, il fallait bien que je le suive, même lors des matches à l'extérieur (rires)".

Ce couple qui réside aujourd'hui au quartier du Petit-Port à Nantes partage toujours autant cette passion jaune et verte qui l'anime. À La Beaujoire les soirs de match pour Françoise, devant le poste TV pour Raymond. "Après chaque match on aime prendre le temps d'échanger sur la rencontre, sur ce qui a été, ce qui a un peu moins marché…". Nostalgique du Stade Marcel-Saupin, où elle a vécu "les meilleures ambiances de sa vie", Françoise aime se remémorer son seul unique match européen à Old Trafford en 2002, aux côtés de son époux, inconditionnel d'Henri Michel. "Nous y étions avec Raymond. Cet endroit est incroyable et nous avions passé un super moment malgré le score (5-1)".

Le FC Nantes comme Ă©chappatoire

Avec les soucis de santé de son mari, le quotidien n'est pas tout rose pour Françoise. Véritable pilier de celui qui a "fait partie de la fusion des groupes "Allez Nantes" et "Les Canaris" en 1976", la septuagénaire profite de chaque instant passé au cœur de l'enceinte des Jaune et Vert. "Sans le FC Nantes, je ne sais pas comment je pourrais faire. Chaque année je me dis que c'est la dernière, mais il y a toujours une nouvelle année qui suit…", confie-t-elle.
Il faut dire que pour Françoise et Raymond, il n'est pas simple de décrocher. Car cette passion a été transmise à leurs deux filles, notamment quand ces dernières étaient encore des fillettes et aujourd'hui, elle perdure. "On allait soutenir le club lors de tournois à Montaigu, à Dompierre-sur-Yon et un peu partout en France ! Elles en ont fait des kilomètres avec nous dans le camion, pour soutenir le Club !"

Désormais, pour Françoise et Raymond, la récompense "c'est de voir nos trois petits enfants lors des réunions de famille, maillot du FC Nantes sur le dos. Chacun a le sien et ne souhaite jamais le quitter", s'amuse celle qui avait pour chouchou, l'international argentin, Hugo Bargas.

Impatients de voir le championnat reprendre, les deux retraités espèrent à présent revoir le FC Nantes sur le devant de la scène de l'élite française. Un souhait qu'ils partagent (encore) ensemble. Comme une évidence.

Par M.G