''Chaque joueur doit pouvoir s'exprimer''

Pierre Aristouy

Après quatre mois d'interruption suite à la crise sanitaire, l'effectif réserve du FC Nantes a retrouvé le chemin des terrains à La Jonelière par petits groupes de travail et dans le strict respect des consignes sanitaires. Pierre Aristouy, l'entraîneur des Jaune et Vert fait le point, à l'aube d'une saison synonyme d'un nouveau cycle pour cette formation.

Pierre, comment s'est passée la reprise pour le groupe N2 ?

Pierre ARISTOUY : "Tout s'est bien passé même si évidemment, c'est encore un peu particulier. Nous travaillons par groupes car l'effectif est important en nombre. Cette première semaine est consacrée à toute une batterie de tests et il est évidemment plus simple de les réaliser en petit comité. Il n'a pas été simple de faire coïncider les agendas mais on souhaitait vraiment s'appuyer sur un bilan complet : kiné, podologue, test d'effort, bilan sanguin…
Concernant le retour sur le terrain, nous partons sur trois, quatre séances jusqu'à la fin de la semaine. C'est déjà intéressant pour eux, de se remettre en route."

Retrouver les terrains, les joueurs, le staff dans son ensemble, on imagine que c'est un soulagement après cette longue période sans football !

"Oui, bien sûr ! Ne serait-ce que de revoir les joueurs en tenue et même par groupes, ça fait du bien. On a pu observer que certains avaient déjà bien évolué, grandi. L'idée, c'est de relancer le mécanisme même s'il ne faut pas oublier qu'on est vraiment sur quelque chose de très atypique cette année."

Le protocole sanitaire est encore strict aujourd'hui. Il faut évidemment le prendre en compte dans l'approche des joueurs et du quotidien…

"Oui, pour l'heure, nous sommes toujours soumis à de nombreuses restrictions comme par exemple, l'occupation des vestiaires, un endroit où les joueurs aiment bien parler, rigoler… Là, ce lieu de passage se limite juste à un changement rapide de tenue. De plus, l'accès aux douches est interdit jusqu'à la mi-juillet dans les centres de formation. Mais on s'adapte."

Concernant l'effectif, celui-ci a bien évolué avec de nombreux départs qui coïncident également avec l'arrivée des nombreux jeunes issus de la génération 2002. Peut-on parler d'un nouveau cycle ?

"Certains joueurs étaient arrivés à la fin de leur cycle en équipe réserve. Quand on arrive à cet âge-là, soit il y a une promotion dans l'équipe supérieure, soit il est préférable de relever un nouveau défi.
Par conséquent, il y a cette génération 2002, dont tout le monde parle depuis plusieurs années maintenant, qui a donc rejoint l'effectif réserve. L'objectif initial, c'était de ne pas casser ce groupe. C'est la raison pour laquelle tous ont été promus dans un premier temps en N2 pour la reprise. Ces garçons, très travailleurs, motivés, intéressés et ambitieux dans les catégories jeunes, le seront très certainement encore davantage cette saison."

Avec à la clé, la possibilité de découvrir un championnat du National 2, différent de ce qu'ils ont pu connaître chez les jeunes !

"On est dans la continuité de la formation et l'un des premiers discours que j'ai pu leur tenir, c'est de se rappeler qu'ils sont dans une année qui ne sera pas simple. D'autres avant eux ont éprouvé des difficultés à s'imposer, en étant U19 deuxième année et en passant d'un groupe à l'autre. S'entraîner avec un groupe la semaine et jouer le week-end avec un autre, ce n'est pas toujours simple à gérer.
Mais les jeunes qui ont la tête sur les épaules, qui sont posés et sûrs d'eux, ils y arrivent toujours. J'ai cité l'exemple du dernier garçon qui s'est imposé en équipe réserve toute la saison alors qu'il n'était encore qu'un U19 deuxième année : Imran Louza. Ce n'est pas une question d'âge, tout se fera naturellement. Si ces jeunes sont bons, ils joueront. Si on estime que c'est encore un peu tôt, un peu juste, il n'y aura aucun problème ! On attendra le bon moment car il est hors de question de vouloir aller trop vite et de forcer les choses."

Comment s'organise la préparation, huit semaines avant les grands débuts en championnat le 22 août prochain ?

"Cette semaine est vraiment consacrée à une réadaptation technique et athlétique. Dès lundi prochain, on aura l'occasion de mettre en place les premières séances collectives et donc les premières oppositions sur des temps de séquences relativement courts. Je pense que d'ici 10-15 jours, nous rentrerons vraiment dans le vif du sujet. Mais après quatre mois d'inactivité, il faut faire très attention. L'aspect prioritaire, c'est bien sûr d'éviter les blessures mais aussi que chacun puisse s'exprimer. Un joueur blessé pendant la reprise, même 15 jours, c'est pratiquement un mois et demi de perdu avec le temps du retour. Nous serons très vigilants."

La compétition te manque-t-elle ?

"Pour être honnête, je suis plutôt tranquille par rapport à ça. J'ai d'abord envie de voir comment ces jeunes garçons vont prendre le train et évoluer. Huit semaines, lorsqu'on a 18 ans, c'est énorme. Je pense qu'à l'issue de cette période, la plupart d'entre eux seront prêts et aujourd'hui, il y a encore beaucoup à faire et à découvrir."

Par M.G