Musée des canaris Blason

23 septembre 2020

Le champ du Partizan

Histoire et Patrimoine raconte

Le 22 septembre 1965 est une date historique pour le Football Club de Nantes. Onze Nantais montent à l’assaut de l’Europe pour la première fois de l’Histoire des Canaris.

En allant à Belgrade (en Serbie actuelle) pour jouer le Partizan, les hommes de José Arribas rencontrent la presque totalité de l’équipe de Yougoslavie : la défense est celle de l’équipe nationale, et les attaquants sont les meilleurs du Pays. Dans ces attaquants, on y retrouve d’ailleurs la future recrue nantaise de 1966, Vladimir Kovacevic.

Même si les dirigeants du Partizan ne connaissent pas le jeu des Nantais, ils s’en méfient à juste titre, car leur ambition est d’aller au minimum en demi-finale de cette coupe d’Europe 1965/1966.
Dans cette équipe, on y retrouve le goal Ivan Curkovic, qui ne joue pas ce match, et qui fera les beaux jours de l’AS St Etienne, dans les années 70.


(photo équipe du Partizan - © Archives musée FCN – Crinquette) Kovacevic, debout 1er à gauche, Curkovic, accroupis 2ème à gauche

Quelques incidents mineurs ont émaillé le premier déplacement officiel à l’étranger, des Nantais, sans pour autant faire perdre la bonne humeur au groupe. En gare de Nantes, André Castel manque à l’appel, il rejoint ses coéquipiers directement en Yougoslavie, après avoir raté le train et l’avion... La Caravelle qui convoie les passagers, décolle avec beaucoup de retard de Paris, en direction de Zagreb, puis de Belgrade. S’en suit un dernier moyen de locomotion, le car, pour arriver en destination finale, au "Palace Hôtel", lieu de villégiature pour 3 jours : quel périple !


(photo départ gare - © Archives musée FCN – Crinquette) Légende : de gauche à droite, Bernard Blanchet, Gaby de Michèle, Claude Robin, Auguste Bretaudeau, le kiné, et Ramon Muller

Si les Canaris sont habitués à jouer sur un tapis vert, dans leur stade, le coach José Arribas ne peut que constater que le terrain du stade de l’Armée Rouge, n’est pas un billard, et que l’éclairage gêne beaucoup les gardiens et est nettement moins bon que celui du stade Saupin : c’est plus un champ de bataille bosselé qu’un terrain de jeu !

A l’issue du match, les Jaune et Vert ont de quoi être déçus, car, même battus 2 à 0, ils sont qualifiés de "joueurs hyper modernes" par leurs adversaires du jour. Néanmoins, l’arbitrage (par ses juges de touche) n’est pas vraiment favorable aux Canaris, qui ont un but de Francis Magny refusé, alors que la ballon a largement passé la ligne, et qui encaissent un but sur un hors-jeu flagrant : les journalistes parisiens de l’ORTF, dont Thierry Rolland, en font largement écho par la suite, dans les commentaires d’après-match.


Légende : de gauche à droite, Gaby de Michèle, Bernard Blanchet, Gilbert Le Chenadec et Madame, et Robert Budzynski

Le retour des joueurs nantais, en gare d’Orléans à Nantes, s’effectuent tout de même avec le sourire, ayant confiance dans leur match retour, au stade Marcel Saupin, le 13 octobre à venir...

Ils peuvent être fiers de leur prestation, face à des joueurs yougoslaves qui ont battu des cadors de l’Europe, comme les Belges d’Anderlecht, et qui ont tenu la dragée haute aux Italiens de l’Inter Milan.

Retrouvez les archives du FC Nantes